Blog

By Bibby Factor France

En réaction à la hausse de l’inflation et aux tensions économiques, les taux bancaires sont repartis à la hausse depuis l’été dernier. Quelle incidence sur votre trésorerie ? En quoi cela peut-il impacter la gestion de votre entreprise et vos projets d’investissement ? Taux de la BCE, EURIBOR, EONIA, ESTR, taux d’usure, taux de base bancaire… : faisons le point sur leur définition et leurs interconnexions.

Tirée par la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, l’inflation a pris son envol ces derniers mois. En réponse les banques centrales augmentent leurs taux de façon mécanique afin de limiter l’augmentation généralisée des prix. C’est le cas des taux de la Banque Centrale Européenne (BCE).

Après des années de taux inférieurs à 1 %, voire même de taux négatifs, l’institution a relevé ses trois taux directeurs de 75 points de base. Un bond historique depuis la création de l’euro. L’enjeu est de réguler l’inflation pour la maintenir en dessous des 2 %. Des analystes prédisent que la BCE devrait avoir relevé ses taux directeurs de 125 points de base d’ici la fin de l’année 2022. Le taux de dépôt serait alors de 2 %, et considéré comme neutre, c’est-à-dire sans effet d’accélération ou de ralentissement sur l’économie. A compter de cet instant, la hausse des taux devrait ralentir.

Car, comme détaillé dans les définitions suivantes, les taux de la BCE ont une forte influence sur les taux bancaires.

Taux de la Banque Centrale Européenne (BCE), ou taux Refi

Le taux de la BCE, ou taux de refinancement, est le taux que les banques européennes doivent payer lorsqu’elles empruntent de l’argent à la Banque centrale européenne pour assurer leur besoin de trésorerie. Le taux de la BCE a une forte influence sur les taux interbancaires comme EURIBOR : il a donc des répercussions sur toute notre économie puisqu’il impacte le coût de crédits que les banques s’accordent entre elles, et par ricochet le coût des crédits accordés à leurs clients.

Cet été, la Banque centrale européenne a augmenté par deux fois ses taux directeurs. Ces derniers sont au nombre de trois :

  • le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement, payé par les banques qui empruntent des liquidités à la BCE sur une semaine
  • le taux d’intérêt de la facilité de prêt marginal, payé par les banques sur leur refinancement au jour le jour auprès de la BCE
  • et le taux de la facilité de dépôt qui rémunère les dépôts effectués par les banques auprès de la BCE.

Au 14 septembre, ils ont été fixés respectivement à 1,25 %, 1,50 % et 0,75 %.

Euro OverNight Index Average (EONIA)

EONIA était un taux de référence à court terme du marché interbancaire pour la zone euro. Il correspondait à la rémunération des prêts interbancaires au jour le jour, dans 28 établissements bancaires.

Depuis le 2 octobre 2019, ce taux était calculé en ajoutant 8,5 points de base au taux ESTR. Fin 2021, il a été remplacé par l’ESTR.

Euro Short-Term Rate (€STR ou ESTR ou ESTER)

Ce nouvel indice, introduit en 2019, est calculé à partir des taux observés sur les emprunts entre 52 banques de référence.

L’ESTR est donc le taux d’intérêt interbancaire pour la zone euro, avec une échéance de 1 jour. Il est publié par la Banque centrale européenne. Ce taux, qui était négatif ces dernières années, est redevenu positif en octobre 2022. Au 18 octobre 2022, il s’établissait à 0,658 %.

Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR)

L’EURIBOR est le taux d’intérêt moyen annuel auquel les banques européennes de référence s’octroient des prêts, en euro. En fait, il y a 5 taux EURIBOR, qui varient en fonction de l’échéance du prêt (1 semaine, 1 mois, 3 mois, 6 mois et 12 mois). Les taux sont détaillés sur https://www.euribor-rates.eu/fr.

La valeur des taux EURIBOR est en quelque sorte un reflet de l’état du marché financier puisqu’elle dépend de l’offre et de la demande de prêts entre banques, mais aussi de la conjoncture économique (taux de croissance, inflation, etc.).

Cet indicateur est très suivi car les taux EURIBOR servent de base à des produits de taux tels que les opérations à terme sur taux d’intérêt ou les swaps, à savoir des contrats qui s’utilisent sur les marchés financiers pour échanger des flux financiers entre deux entités. Les taux EURIBOR servent aussi de référence pour les hypothèques à taux variable et les comptes d’épargne.

Lire aussi Combien coûte l’affacturage ?

Taux annuel effectif global (TAEG)

Anciennement appelé taux effectif global (TEG), le TAEG d’un prêt correspond au taux d’intérêt, auquel sont ajoutés les frais de dossier, assurances en cas d’assurance obligatoire, taxes, commissions ou rémunérations, directs ou indirects, supportés par l'emprunteur et connus (ou dont le montant peut être déterminé) du prêteur à la date d'émission de l'offre de crédit ou à la date de l'avenant au contrat de crédit.

On parle d’un prêt usuraire lorsque le TAEG est plus élevé que le taux de l’usure. Cette pratique est interdite et punie par la loi : l’usure est considérée comme un délit, passible d’un emprisonnement de deux ans et/ou d'une peine d'amende de 300 000 € (article L341-50 du Code de la consommation).

Taux d’usure

Le taux d’usure, ou seuil d’usure, a vocation à protéger les emprunteurs. Il est le taux effectif global maximal qu’un prêteur est en droit de pratiquer lorsqu’il accorde un prêt.

Les taux d’usure concernent aussi bien les prêts immobiliers que les crédits à la consommation, les découverts en compte, les crédits renouvelables, les prêts à taux fixe ou variable. Ils varient en fonction du montant de l’emprunt, de sa durée et de la catégorie de prêt.

Il existe un taux d’usure par type de prêt, et ces taux sont publiés chaque trimestre au Journal officiel par la Banque de France pour le trimestre suivant. Pour calculer un taux d’usure, cette dernière collecte les taux effectifs moyens pratiqués dans les établissements bancaires dans les différentes catégories de prêt puis les augmente d’un tiers pour aboutir au seuil à ne pas dépasser.

Pour consulter les taux d'usure et taux effectifs moyens pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement : https://www.banque-france.fr/statistiques/taux-et-cours/taux-dusure

Taux de base bancaire (TBB)

Le taux de base bancaire est un taux libre, fixé par chaque banque en fonction de sa politique de crédit. Il est indexé sur le cours du marché monétaire*. Le TBB correspond au pourcentage d’intérêt minimum annuel proposé par une banque à ses meilleurs clients et permet de calculer le prix des crédits consentis aux entreprises. Ce taux est donc le plus bas qu’un établissement bancaire peut consentir pour des prêts à court et moyen terme aux entreprises. Il sert à calculer le coût d’une ligne d’escompte.

Le TBB le plus courant est de 6,60 %. Ce taux est généralement complété d’un pourcentage variable destiné à couvrir les risques du crédit, en fonction de sa durée, de son montant et de l’état de santé de l’entreprise emprunteuse.

À noter que depuis quelques années, le TBB perd de son influence dans les prêts aux entreprises, au profit des taux référents ESTR ou EURIBOR.

* Le taux du marché monétaire est le taux d'intérêt auquel les banques s’empruntent et se prêtent de l’argent entre elles, à court terme. Il peut donc varier en fonction de la conjoncture, du taux d’inflation, du taux de chômage…

Taux moyen pratiqué (TMP)

Le taux moyen pratiqué (TMP) est égal au taux effectif des prêts aux entreprises d'une durée initiale de plus de deux ans, à taux variable, d'un montant d’au moins 52 449 €. Il sert à la Direction générale des Finances publiques au calcul du taux maximum des intérêts déductibles sur les comptes courants d'associés.

- Pour suivre le cours des taux : https://www.banque-france.fr/page-sommaire/taux-et-cours


Parlez

Contactez-nous au 04 72 13 18 57

ou