By Bibby Factor France

Pour disposer de la trésorerie nécessaire à la continuité de son exploitation, une entreprise doit assurer le financement de son besoin en fonds de roulement (BFR) ou de son besoin en financement d’exploitation (BFE). De quoi s’agit-il précisément ? Quelles sont les solutions de financement les plus avantageuses ?

BFE et BFR : quelles différences ?

La trésorerie correspond aux liquidités qu’une entreprise doit nécessairement détenir pour payer ses charges courantes. Elle dépend avant tout de son besoin en fonds de roulement (BFR) .

Le calcul du BFR est simple :

BFR = créances client + les stocks – les dettes fournisseurs

Du besoin en fonds de roulement découle la trésorerie disponible. Or, le BFR dépend fortement des encours clients. Ainsi, en cas d’un impayé important, une entreprise peut se retrouver dans l’incapacité de payer ses fournisseurs et éprouver des difficultés à gérer son stock. C’est pourquoi le financement du BFR est stratégique pour la pérennité d’une société.

Alors que le BFR se concentre sur les stocks, les encours clients et les dettes fournisseurs à un instant T, le BFE prend en compte le cycle d’exploitation de manière globale. Des éléments tels que les amortissements, les dettes à long terme, la marge nette, la TVA collectée, ou encore les délais de rotation des items sont ainsi pris en compte dans son calcul. Le besoin en financement d’exploitation désigne le montant des liquidités nécessaires à l’accomplissement du cycle d’exploitation et de commercialisation (stockage, cycle de production, délais de règlement client). Le calcul du BFE est adapté aux grandes structures qui cherchent à faire de la datation de coûts ou de l’économie d’échelle, mais a peu de sens pour les TPE et PME.

Pour résumer : le BFE correspond à la trésorerie nécessaire pour faire fonctionner un cycle d’exploitation, tandis que le BFR désigne la trésorerie nécessaire pour faire tourner ses principaux fournisseurs et faire tourner son stock, à un instant T.

Pour en savoir plus, découvrez les 5 conseils pour préserver sa trésorerie

Les décalages à l’origine du besoin en financement

Le besoin de financement trouve son origine dans l’existence de décalages temporels entre les flux d’exploitation et les flux monétaires.

La LME, la loi de modernisation de l’économie, adoptée en 2001, a cadré les délais de paiement interentreprise à 60 jours calendaires maximum à compter de la date de la facture. Or, entre le moment où une entreprise émet une facture et le moment où elle est effectivement payée, elle doit faire face à des coûts inhérents à son activité. URSSAF, TVA, caisses de retraite, salaires, fournisseurs… « Avec 60 jours de délai de règlement, de nombreuses TPE et PME n’ont pas les moyens à l’instant T de gérer tous les coûts auxquels elles sont sujettes », observe Benjamin Robitail, Responsable Développement Clientèle chez Bibby Factor. D’où l’importance de financer son BFR.

TPE ou grand groupe du CAC 40, toutes les entreprises ont un besoin en fonds de roulement. Le BFR sera cependant plus simple à gérer si le cycle d’exploitation est stable. A l’inverse, le BFR peut s’accentuer dans deux types de cas :

  • Ralentissement de l’activité : l’entreprise enregistre moins de chiffre d’affaires, elle n’encaisse plus suffisamment pour pouvoir assumer ses charges. Ce type de situation peut par exemple se produire en cas de crise.
  • Fort accroissement de l’activité : à un instant T, l’entreprise n’est pas en mesure de couvrir ses charges, car elle n’a pas encore encaissé les fruits de ses investissements.

Tant que le chiffre d’affaires est stable, les prévisions de trésorerie peuvent l’être aussi. Ce sont les aléas qui sont difficiles à gérer pour le calcul du BFR. Un aléa étant par définition imprévisible, mieux vaut s’en prémunir en prenant des mesures pour assurer le financement de son BFR.

Financement du BFR : quelles solutions ?

Face aux difficultés de trésorerie rencontrées par les entreprises, les banques et institutions financières ont mis en place plusieurs solutions de financement court terme :

  • Le découvert bancaire. Cette solution de trésorerie à un instant T est utilisée de façon ponctuelle par les entreprises.
  • L’escompte. Moins onéreux qu’un découvert, l’escompte auprès d’une banque consiste à obtenir le règlement d’un effet de commerce (lettre de change ou billet à ordre) avant son échéance, en contrepartie d’intérêts calculés sur la durée de l’avance.
  • Le Dailly. La cession de créances professionnelles ou mobilisation Dailly permet d’obtenir un financement bancaire, en contrepartie de factures cédées. A noter qu’en cas d’impayés, le recouvrement reste à la charge de l’entreprise.
  • Le prêt de trésorerie. Remis au goût du jour avec la crise du Covid-19, le prêt de trésorerie se rembourse sur le court ou le moyen terme (entre 3 et 12 mois).
  • L’affacturage. Cette technique de financement et de recouvrement de créances consiste à obtenir un financement anticipé de ses factures. Le factor rachète les factures de l’entreprise et se charge de leur recouvrement, dans le cadre d’une gestion du poste client externalisée.

En plus de permettre aux entreprises d’accéder à un financement court terme, l’affacturage donne accès à une vraie prestation de service qui permet à l’entreprise de se concentrer sur ses objectifs commerciaux. « Lorsqu’une PME fait face à un besoin en fonds de roulement, elle a généralement peu de ressources en interne et ses comptables ne sont pas forcément en mesure de faire du recouvrement. L’affacturage présente donc un vrai atout, car il permet d’externaliser tout un processus qui n’est pas maîtrisé par l’entreprise », fait remarquer Benjamin Robitail, Responsable Développement Clientèle chez Bibby Factor France. Les TPE et PME peuvent ainsi s’appuyer sur les équipes de gestion du factor pour gérer leurs flux de trésorerie.

Vous l’aurez compris, la gestion du BFR est au cœur des enjeux de toutes les entreprises. « On est dans un monde où la trésorerie, c’est le nerf de la guerre. Vous avez beau être rentable, si vous n’avez pas de trésorerie à un instant T, vous êtes morts. C’est pourquoi la gestion du besoin en fonds de roulement est primordiale pour toutes les entreprises », souligne Benjamin Robitail. N’attendez pas d’être dans une situation délicate pour vous préoccuper de votre BFR. Anticipez les aléas économiques et préservez votre structure en confiant vos factures à une société d’affacturage.


Parlez

Contactez-nous au 04 72 13 18 57

ou